Un terroir d'exception

Au confluent de deux rivières, l'Isle et la Dordogne, les grands terroirs viticoles de Fronsac et Canon Fronsac épousent de superbes paysages de plateaux et de coteaux. Ces sols complexes sont essentiellement calcaires et argilo-calcaires en plateaux et en coteau et minoritairement argilo-siliceux en pied de côtes.
Le calcaire à astéries prédomine sur le tertre et les plateaux. La molasse du Fronsadais marque les côtes et les combes. Cette typicité des terroirs est accentuée par le relief.

C'est cet exceptionnel terroir argilo-calcaire qui a donné son nom au terroir dont s’enorgueillissent nombre de grandes appellations, dont les appellations voisines de Saint-Emilion «la molasse du Fronsadais».

Un terroir d'exception

Au confluent de deux rivières, l'Isle et la Dordogne, les grands terroirs viticole de Fronsac et Canon Fronsac épousent de superbes paysages de plateaux et de coteaux.
Ces sols complexes sont essentiellement calcaires et argilo-calcaires en plateaux et en coteau et minoritairement argilo-siliceux en pied de côtes.
Le calcaire à astéries prédomine sur le tertre et les plateaux. La molasse du Fronsadais marque les côtes et les combes. Cette typicité des terroirs est accentuée par le relief.

C'est cet exceptionnel terroir argilo-calcaire qui a donné son nom au terroir dont s’enorgueillissent nombre de grandes appellations, dont les appellations voisines de Saint-Emilion «la molasse du Fronsadais».

C'est la qualité de ces sols, alimentés en eau de façon régulière et sans stress qui confère aux vins de Fronsac et Canon Fronsac leur richesse et leur complexité.

Le climat océanique tempéré de la région, son caractère continental par rapport au reste du Bordelais et sa situation au confluent de deux rivières, lui permettent de bénéficier d’un microclimat qui favorise une maturation lente des raisins, avec des étés chauds et longs, des automnes tièdes, et des hivers doux et généralement secs.
Par ailleurs les deux rivières protègent le vignoble des gelées printanières. La présence de nombreux arbousiers et chênes verts témoigne de ce climat privilégié.

Le professeur Henri ENJALBERT parlait de ce terroir, «berceau historique des grands Bordeaux du Libournais», comme «le coteau sacré de la région».